Introduction

 » Car auprès de Toi est la Source de la Vie, c’est par Ta Lumière que nous voyons la Lumière  » – Psaume 36 : 10

Le quotidien s’égrenait comme des gouttes de pluie, tombant en cadence régulière sur une tôle ondulée, remplissant le silence monotone dans l’attente de jours meilleurs.

Je me relevai doucement d’une cascade d’imprévus, et le bras de Christ fut un rempart protecteur et rassurant. A peine avais-je repris une activité que tout fut arrêté, et je ne saisissais pas à ce moment-là pour quelle raison cet accident a stoppé mes projets en cours, m’obligeant à me confiner chez moi pendant plusieurs mois avant le confinement officiel dû à la pandémie du Covid 19. Ma mobilité et ma liberté furent réduites en peau de chagrin, et je me retrouvai avec du temps, beaucoup de temps à voir défiler.

C’est par une soirée ordinaire que la douce pensée du Saint Esprit m’interpella. L’heure était tardive, et j’étais assise dans le salon, contemplative de la sagesse de Dieu au cœur des épreuves, priant silencieusement pour la définition de mes projets professionnels. L’avenir était devenu flou et incertain, et faute de pouvoir me déplacer, j’étais en quête d’idées pour rebondir afin de mieux gagner ma vie. Je déployai ma requête devant le trône Royal, m’interrogeant sur ma ténacité à attendre dans la foi l’exaucement de ses promesses pour moi et mes enfants.

Et dans ce silence bercé par mes actions de grâce, j’entendis sa voix me rappeler mes promesses. Celles faites des années en arrière, et remises dans des cartons archivés dans un coin de ma mémoire. J’arrêtai de prier et m’interrogeai : « Seigneur, quel projet te concernant j’ai mis de côté ? » La réponse fut juste un flash back qui me ramena cinq ans auparavant, et je me vis esquisser le projet de création d’un site dont le thème serait de raconter les merveilles de Dieu dans ma vie. Mille et une choses s’y sont opposés, et à l’apparition de chaque obstacle, j’ai remis le projet à plus tard, mais un chant a accompagné mon cheminement, m’encourageant à m’accrocher à mon rêve, à patienter, à préparer brique après brique sa construction, à me rappeler que s’il vient de Dieu, il s’accomplira parce qu’il en est l’auteur et le compositeur, et je n’en serai que l’interprète. Ce chant est « Persévère » d’Olivier Cheuwa. Pendant les moments d’oubli de ce projet, ses paroles me mettaient en mémoire qu’un jour il verra le jour, car il parlera de lumière, et la lumière ne se cache pas, ne s’enterre pas, ne s’oublie pas, elle se partage, elle se diffuse, elle se communique.

Ce soir-là, seule face au souvenir de mon vœu, le chant bourdonna de nouveau dans mon cœur, et je sus que ma maladie n’est qu’un outil pour débuter sa mise à jour, après son oubli dans les dédales de ma vie tumultueuse. Ce fut comme un barrage qui céda et laissa déferler cette eau retenue en masse, lui accordant la liberté de traverser la vallée pour lui communiquer fraicheur, fertilité et vie. Et je dis oui à mon Sauveur, Lui la Lumière qui fera parler d’elle tout au long de ces pages.

Il y a autant de personnes sur terre que de perspectives de la vie. Je souhaite simplement partager celle qu’il m’a été donnée de vivre, et vous faire goûter de ce bonheur qu’est le mien, d’avoir reçu des grâces imméritées de la part de mon Père, et pourquoi pas, que ces grâces deviennent vôtres et vous fassent accéder à la connexion à sa Personne, et de ce fait, à sa Lumière et son Amour.

Bienvenue, et bonne lecture.

Najat

%d blogueurs aiment cette page :